Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coquetaile alternatif

Art-If-Ice. Même si le nom de cette cuvée est mal trouvé, et évoque une enseigneCapture d’écran 2021-07-19 à 10.37.08.png de coiffeur tentant de surfer sur le mot tif à l'aide d'un mauvais jeu de mots, le résultat est intéressant : Il s'agit d'un champagne (29€) de la Maison Charpentier (évoquée ici il y a peu), composé pour moitié de pinot meunier, de 32% de pinot noir et le reste en chardonnay, dégorgé en novembre dernier. La proposition est originale : verser environ 15 cl de cet effervescent (dosage demi-sec), ajouter un quartier de citron vert et un glaçon. C'est bluffant, délicieusement rafraîchissant, et cela change du Spritz à l'Apérol, à base - au choix : de crémant de Bordeaux, de Prosecco ou bien d'un champagne modeste.

Idéal avec du saumon Capture d’écran 2021-07-19 à 11.17.03.pngcru juste mariné dans un généreux trait d'huile d'olive de grande qualitéFruité Vert Intense, signée Les Terres de Provence, du château Calissanne (8,90€ le mignon flacon de 25 cl). Jolies notes d'artichaut cru, de foin et de chlorophylle.

Camus (mais non, pas Albert !..) propose un coffret (69€) amusant contenant une bouteille de cognac Île de Ré Fine Island (issu de raisins cultivés sur l'île même), une autre d'Amaretto Adriatico (liqueur d'amandes italiennes), un verre et une cuillère à cocktail. Versez le cognac et l'amaretto à part égale, ajoutez un ou deux glaçons, remuez, et le cocktail French Connection est prêt. À déguster avec des fèves de tonka préalablement sautées dans une poêle sèche.

Capture d’écran 2021-07-19 à 10.34.56.png

Alliances littéraires : L'édition limitée en folio classique des Fleurs maladives deCapture d’écran 2021-07-19 à 10.58.13.png l'inoxydable Charles Baudelaire, illustrée de photos délicates signées Matthieu Trautmann.

Le subtil Petit éloge de la gourmandise, de Nicolas d'Estienne d'Orves (François Bourin).

Les poèmes profondément simples de la méconnue bulgare Aksinia Mihaylova, Ciel à perdre, suivi de Le Jardin des hommes (Poésie/Gallimard).

Et, enfin, l'extraordinaire Poème de l'olive, de Jean Giono (folio). L.M.

Capture d’écran 2021-07-19 à 10.58.58.pngCapture d’écran 2021-07-19 à 10.59.48.pngCapture d’écran 2021-07-19 à 11.19.45.png

 

 

 

 

 


Écrire un commentaire

Optionnel