Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du côté de chez Proust

Les proustiens sont à la fête. Qu'on en juge : les Soixante-Quinze Feuillets, la mythique genèse de la Recherche du temps perdu, sont enfin parus avec un appareil critique de haut niveau, signé Nathalie Mauriac Dyer (augmenté d'une préface du spécialiste Jean-Yves Tadié), et un mythe s'est effondré. Celui de la madeleine. Le bruit courait depuis quelques années. Le secret de Polichinelle est apparu au grand jour : la madeleine n'était qu'une biscotte dans l'une des versions du fameux passage de Du côté de chez Swann (le vol.I de La Recherche). Pire, dans la version originelle, Proust avoue qu'il s'agit de pain grillé !.. À noter, dans cette somme d'inédits, et cela est bien plus savoureux, les différentes versions du passage non moins célèbre du baiser demandé à maman. Chacune apporte son touchant, sa note sensible distincte (Gallimard). 

Un Cahier de L'Herne consacré à Proust (nous pensions qu'il avait eu droit à cette sorte de consécration depuis belle lurette, mais non), rassemble - outre quelques inédits, notamment des lettres diverses sans grand intérêt -, 300 pages d'exégèse, par une pléiade de critiques et d'écrivains, de Pierre Assouline à Michel Schneider, en passant par Antoine Compagnon, Pierre Bergounioux ou Michel Crépu. Le plus intéressant à nos yeux est l'entretien avec Céleste Albaret (conduit par Joël-Marie Fauquet). La fameuse confidente, la gouvernante qui ne quitta pas un instant Marcel durant les huit dernières années - capitales, pour l'écriture -, de son existence, celle que Proust nomme Françoise dans La Recherche livre son témoignage précieux, éclairant, humble ; essentiel. 

D'ailleurs, les souvenirs de Céleste Albaret (qui furent recueillis par Georges Belmont) sont parus en livre chez Robert Laffont, et la collection de CD de Gallimard (écoutez lire,  deux CD lus par Lara Suyeux) les proposent ici : Monsieur Proust est un régal à écouter au coucher du soleil, par un soir de cet été...

Enfin, folio reprend Le Mystérieux Correspondant et autres nouvelles retrouvées (neuf en tout, de jeunesse), paru il y a deux ans chez de Fallois (*). L'homosexualité - thème récurrent de ces textes - justifia sans doute qu'elles demeurent si longtemps secrètes. Textuellement, cela ne vaut pas l'écriture mûre de La Recherche. Prenons cet ouvrage comme un document, une pierre de plus de la cathédrale Proust. L.M.

---

(*) C'est à feu Bernard de Fallois que nous devons également l'exhumation des Soixante-Quinze Feuillets.

IMG_2598.jpeg

Écrire un commentaire

Optionnel