Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Théâtre...

Capture d’écran 2022-05-24 à 10.38.19.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce fut une première dans tous les sens du terme. Pour tout le monde. Enfin, nous six. Le rugbyman que l'on ne présente plus Pierre Berbizier qui lut de larges extraits de Sur la route de Jack Kerouac, un livre qui accompagne sa vie depuis ses quinze ans, le journaliste de L'Équipe et auteur de nombreux livres sur l'Ovalie Richard Escot (à l'origine de ce montage foutraque et sans presque aucune préparation), au piano pour rythmer les lectures - y compris celles du regretté Michel Sitjar, flanker international d'Agen-même, poète à seize heures et des poussières..., Jean-Michel Agest, ancien joueur de la Section Paloise et poète du rugby, Benoît Jeantet, poète, blogueur, scénariste, fin connaisseur du rugby et coauteur de pas mal de choses avec "Ritchie" Escot, Eric des Garets, ancien joueur amateur, passionné de littérature et lui même auteur de textes fins sur le motif, et enfin ma pomme, Candide de l'Ovale avide d'émotions procurées par les stades. Nous devions lire tour à tour des textes de notre cru (je lus les extraits aux accents rugbystiques de mon Bruissement du monde), sauf Berbizier donc. Sur une vraie scène de théâtre (à l'espace Felix Arnaudin) avec projecteurs, micros, tout le toutim et un public aficionado devant nous. Et nous nous sommes bien marrés durant 1 h 45 samedi dernier 21 mai en soirée... Photos (de la ville de St-Paul-lès-Dax, où se déroula le pestacle qui s'inscrivait dans le week-end Le Grand Maul - lire plus bas -, dont le talentueux directeur artistique est Jean-Claude Barens). L.M.

Capture d’écran 2022-05-23 à 10.02.05.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De gauche à droite, ci-dessus : Eric des Garets, Pierre Berbizier, Léon Mazzella, Richard Escot, Jean-Michel Agest et Benoît Jeantet à l'issue de la représentation.

Capture d’écran 2022-05-23 à 10.01.31.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 10.06.51.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 10.07.56.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 10.05.10.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 10.00.49.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 10.05.31.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 13.31.06.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 10.06.18.pngCapture d’écran 2022-05-23 à 13.31.30.pngIMG_5909.jpgIMG_5911.jpg

 

 

 

 

 

Dernières images : table ovale en long (cherchez la ronde...), dans l'après-midi sur le thème : Les rugbymen peuvent-ils (encore) devenir des personnages de roman ? Avec, en plus des précités, Serge Collinet, formateur d'entraineurs de rugbymen à Paris et auteur de Rugby au coeur, et Jean Colombier, ancien rugbyman briviste et Prix Renaudot 1990 pour Les Frères Romance (Richard Escot ayant le rôle de modérateur depuis la salle, où se trouvaient notamment Pierre Albaladejo qui nous raconta comment il passa une nuit avec Hemingway durant les fêtes de Pampelune, et Jean-Louis Bérot, célèbre demi de mêlée de l'U.S.D. des années 80). Enfin, la scène et la salle peu avant l'entrée du public.

Commentaires

  • Merci Leon pour cette chronique. Dans l'esprit. Un beau moment moment oui. RIche, émouvant et impromptu. Tu nous trouves une scène au Pays Basque ?

  • De nada, Ritchie ! Gloire à toi, l'artisan de tout ce bastringue. Je vais chercher la scène en Euzkadi. Compte sur moi.

  • Ah oui...Pur moment de fraternité...Et joie de te recroiser après tout ce temps, cher Léon...

  • Merci Benoît. Oui, joie immense et partagée, grâce à Ritchie l'entremetteuse !.. La prochaine fois, on remet le couvert ailleurs, et dans pas trop longtemps.

  • Vous avez fait vos débuts sur scène, je fais les miens sur WhatsApp.
    Bref, l'occasion de dire bravo aux comédiens, aux organisateurs, aux spectateurs, avec une rose supplémentaire pour le maître d'œuvre, n'en déplaise à sa modestie, Richard bien sûr.
    Il se pourrait bien que de tels moments on ne peut les vivre qu'autour du rugby. Lequel ? Chacun le sien, peut-être.

  • Merci Jean ! Ravi d'avoir fait ta connaissance. Je vais reprendre "Beloni", et découvrir (millexcuses) "Les Frères Romance". Et, la prochaine fois que l'on se voit, interro écrite sur l'oeuvre de Miguel Torga !..

  • Sur les sièges rouges, ils se faisaient discrets... mais ils étaient bien là. Comme chez eux les Blondin, Mac Orlan, Haedens, Abellio, Lalanne... Il y avait même le moustachu de Grignols et un autre dans le fond qui a murmuré '' Hasta siempre ! '' En fait, c'était archi-complet.

  • Merci pour ce message, Frédéric. Content d'avoir fait ta connaissance. À présent je vais te lire (dis-moi juste par quel livre commencer). Amistad.

Écrire un commentaire

Optionnel