Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rosés varois

    Capture d’écran 2019-07-05 à 18.39.50.pngVous pensez encore que les rosés sont de faux vins ? Certains sont splendides, surtout en Provence du côté des Baux, des coteaux d’Aix, dans le grand maquis des Côtes-de-Provence en allant à La Londe, ou en se dirigeant vers Sainte-Victoire, du côté de Cassis, de Tavel, de Bandol bien sûr, de la presqu’île de Saint-Tropez, en appellation Palette, en Corse, mais aussi en Loire, dans le Sud-Ouest, sans oublier quelques clairets bordelais. Cela ne fait plus de doute car les progrès ont été considérables en quelques années et l'augmentation de la qualité est bien réelle.

    Là, je suis tombé en arrêt devant trois flacons (millésime 2018) mettant en valeur cinsault, grenache et syrah, sans robe tapageuse ou modeuse ni notes désagréables d’agrumes, produits à Hyères-les-Palmiers, dans le Var, par Domaine & Châteaux Fabre, les propriétés de la famille Fabre-Grimaldi  : le château de La Clapière et le château de l’Aumérade. Du premier, Cru Classé Côtes-de-Provence AOP, laCapture d’écran 2019-07-05 à 18.40.12.png cuvée Classique (10€), reconnaissable à la forme de sa bouteille, est somptueuse de délicatesse et de suavité, avec de jolis arômes de reine-claude. C’est un rosé aérien et gastronomique (de tout un repas).

    La cuvée La Violette (13€) porte bien son nom Capture d’écran 2019-07-05 à 18.30.10.pngcar il s'agit d'un rosé plus floral que fruité, enchanteur, d’une force soutenue face à une grillade saignante, et doté d'une séduisante minéralité en fin de bouche.

    Du second, l’Aumérade, Cru Classé également, la cuvée Marie-Christine (13€), outre son look féminin (inspiré d’une pâte de verre d’Émile Gallé et augmenté de cette fine silhouette : voir ci-contre), est un rosé aux notes charmantes de pêche blanche et de fruits exotiques, c’est souple et d’une belle profondeur. Trois flacons pour supporter agréablement la chaleur. L.M.

  • Un 5 juillet

    Je ressors mon papier paru en 2012 dans Le Monde et en 2015 dans L'Express afin que l'oubli n'envahisse jamais les mémoires =>