Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Flaconfinés" du côté du Beaujolais, et par là-bas

IMG_20201120_150146.jpgIl n’est pas trop tard pour découvrir et savourer le Beaujolais nouveau 2020 de Dominique Piron, d’abord parce que c’est l’un des meilleurs, et que ce vin, lorsqu’il est élaboré de main de maître, ne se boit pas seulement le soir du troisième jeudi de novembre. Le ticket est encore valable les jours, les semaines et les mois suivants ! C’est rond, riche de fruits rouges, généreux, ample, frais et juteux à la fois (7,50€). Notons que Dominique Piron, excellent vigneron de Morgon (son Côte du Py 2017 est une référence absolue), et Chénas, entre autres, propriétaire de vignes familiales historiques (la famille Piron est installée à Villié-Morgon depuis 14 générations), a récemment cédé son entreprise de vinification et de commerce, Vins et Domaines Dominique Piron à son associé Julien Révillon. Piron, le roi du gamay, se lance un nouveau défi, en se consacrant à la mise en valeur de sa propriété personnelle, le château Vieux Bourg, à Corcelles en Beaujolais, où il produira Morgon et Chénas, un peu de Régnié et le rare Beaujolais blanc. Rendez-vous au printemps prochain pour découvrir ces nouvelles cuvées.

 

IMG_20201105_135443.jpgIMG_20201105_135520.jpgToujours en Beaujolais, le Domaine Franck Chavy propose, entre autres, un Brouilly 2019 de caractère, la cuvée Julmary (contraction des prénoms des trois enfants du vigneron : Juliane, Manon et Amaury), à la robe profonde et aux notes explosives de cassis, mûre, groseille et une touche de poivre blanc (10,50€). Le Morgon 2019, cuvée Les granites roses, ainsi nommée en raison du sous-sol granitique de la parcelle où il voit le jour, et qui se décompose progressivement en sable rose. Même explosion fruitée avec davantage de cerise et de pêche de vigne cependant, et à nouveau cette agréable touche poivrée. Un vin droit et d’une grande fraîcheur (11€)

 

Restons dans le coin, àIMG_20200923_192552.jpg Romanèche-Thorins, avec le château du Moulin à Vent, cuvée Les Terrasses du Château 2028. (À ne pas confondre avec ses homonymes, un cru bourgeois de Moulis, en Médoc, et un Lalande-de-Pomerol). Cette exceptionnelle propriété (qui donna son nom à l’appellation), dirigée par Edouard Parinet, et ayant Brice Laffond pour oenologue, a été distinguée une fois de plus par les dégustateurs américains du magazine Wine & Spirits (auquel nous collaborâmes, jadis) puisqu’ils le classent parmi les 100 meilleurs domaines du monde. La cuvée dégustée conjugue puissance contenue, gourmandise et soyeux des tanins. Les gamays sont opulents et la longueur en bouche généreuse (13,20€).

IMG_20200921_201951.jpgFaisons à présent un tour à Vosne-Romanée 1er Cru, avec la cuvée En Orveaux, proposée par le Domaine familial Jean Féry, propriétaire récoltant à Echevronne, en Côte d’Or (et dirigé aujourd’hui par Frédéric Féry). Il s’agit d’un vin somptueux, issu de vignes de pinot noir de plus de 60 ans, pourvu d’une grande délicatesse. La robe vermillon est brillante. Le nez est friand de petits fruits rouges comme la griotte, et la finale en bouche est légèrement épicée. Le passage en fûts de chêne (35% de neufs à chauffe blonde) offre des tanins très fins. Notons que la parcelle En Orveaux, classée en 1er Cru, contigüe aux Echezeaux, se situe entre Chambolle-Musigny et le Clos de Vougeot. Il y a de pires voisinages (95€). L.M.

Écrire un commentaire

Optionnel