samedi, 10 février 2007

Association de malfaiteurs

medium_char.2.jpegmedium_gracq.jpegmedium_rimbaud.jpegmedium_hem.jpegmedium_proust.jpegVous reconnaissez ces types?

Ce sont des bandits!

Des bandits de parchemin!

Des dandys de grand chemin.

Mais sans eux, je ne peux pas vivre.  

Ou si peu, si mal, si creux.

Bon, j'en ai collé une dizaine, j'aurais pu en ajouter douze ou vingt-quatre de plus, qui m'accompagnent aussi sûrement qu'un ami, des chaussures de randonnée, une carte routière, une autre du Tendre, une femme, même, parfois... Oui, la littérature est puissante! Ces dix là, sont, de gauche à droite : René Char, Julien Gracq, Arthur Rimbaud, Ernest Hemingway, Marcel Proust, Gustave Flaubert, Guillaume Apollinaire, William Shakespeare, Jules Renard, Stendhal. Soit le minimum vital. Ajoutez, sans la photo : Cioran, Cervantès, Ponge, Perse, Henein, Conrad, des Forêts, Simon, Blondin, Cendrars, Quignard, Harrison, Neruda, Blanchot, Derrida, Leiris, Torga, Hamsun... Stop it!

medium_flaubert.jpeg

medium_apollinaire.jpeg

 medium_shakespeare.jpegmedium_renard.jpeg

 

 

 

medium_stendhal.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

c'est bien vrai , et tant d'autres encore , c'est ce qui fait le sel de la vie , si nécessaire à une vision juste de l'existence , et on voudrait nous faire croire que tout cela est passé de mode et que seul la guimauve et un coffre fort bien garni sont nécessaires à l'existence , on va même jusqu'à dire qu'il n'ait plus de poètes ,
bravo pour le reportage en chine !

Écrit par : aloredelam | samedi, 10 février 2007

Le jour où la littérature passera de "mode", les poules auront des bridges en céramique pour leurs ratiches de mutantes granivores! En revanche, une certaine littérature flirte avec la guimauve, de nos jours : elle colle aux dents, elle passe mal : trop chichiteuse, nombriloscopique à mort. Quant aux poètes, on m'en a signalé la présence, éparse, de quelques exemplaires. Pas qu'au zoo...

Écrit par : Léon | samedi, 10 février 2007

Je ne suis pas tombé à pic sur ce très magnifique blog. J'étais plutôt amicalement expédié par aloredelam. ‎J'ai l'impression du déjà-vu mais fraîchement-vu. Comme si je vous connaissais depuis votre baignade ‎affranchie, depuis ces très beaux " bandits de parchemin" que vous brandissez en guise d'effigie face à ‎l'ingratitude et l'oubli.‎
Puis-je espérer devenir un de vos complices dans cette démarche anti-nombriloscopique comme vous le ‎souhaitez, semble-t-il?.‎
RAFRAFI

Écrit par : RAFRAFI | dimanche, 11 février 2007

Bienvenue sur mon blog, Rafrafi! Et merci de ce message (on dit "post", sur cet outil), inaugural. Et puissent nos bandits de parchemins préférés (chacun mes goûts!), continuer de nous entraîner avec autant de talent, vers leurs chemins de traverse, leurs sentiers buissonniers, leurs émotions contagieuses et leurs déserts peuplés d'horizons verticaux.

Écrit par : Léon | dimanche, 11 février 2007

et dire que l'on laisse tous ces bandits de parchemin en liberté , mais que fait la police ! sarko! ... il faut maintenir un périmètre de sécurité autours des librairies et des bibliothèques ,, que personne ne sorte ,
mais ou va la france !

Écrit par : aloredelam | dimanche, 11 février 2007

Si malfaisance il y a en cette heureuse compagnie, que vienne l'épidémie qui déroute du chemin dit droit vers ces routes qui me paraissent pourtant moins gauches.
Petit clein d'oeil en passant, je vous lis toujours.

Bernadette

Écrit par : Bernadette | lundi, 19 février 2007

Les commentaires sont fermés.