Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'incorrigible Belmondo

Capture d’écran 2021-09-08 à 17.37.35.png

"À la faveur" de la disparition de Jean-Paul Belmondo, je me shoote comme tout un chacun aux extraits marquants de sa filmographie flamboyante. Là, je regarde tout de long "L'Incorrigible", de Philippe de Broca, 1975, d'après "Ah... mon pote", d'Alex Varoux, avec des dialogues de l'immense Michel Audiard. Belmondo, c'est Victor, et je m'incline, aussi, devant le talent théâtral de Julien Guiomar (Camille). Extrait (à la 43e minute), que je vous invite à visionner, et le film in extenso, cela va de soi.

(Camille :) Victor, tu ne crois pas qu'il serait grand temps de te fixer. Mais, j'aimerais que cette fixation ne se situe pas entre l'Alcazar et la Grande Eugène. Où habite Marie-Charlotte?

(Victor :) Senlis.

Ah, ça sonne déjà bien. Que fait le papa?

- Je ne sais pas.

Je ne me fais aucun souci, c'est sûrement un ingénieur des Eaux & Forêts, ou un ancien Gouverneur colonial. Un mariage dans ce milieu, c'est pour toi un sauvetage.

- Un mariage, parlons-en ! T'es revenu tout seul de ton voyage de noces, et Madame Raoul est partie en lui laissant cinq mômes sur les bras.

Tu parles comme un enfant, Victor. Tu vois l'amour à travers les mandolines et les vers de mirliton. L'amour, le vrai, c'est shakespearien. L'amour ne se susurre pas, il se hurle. J'ai hurlé comme personne. Ça m'arrive encore. Antinéa! La garce. Tu te souviens quand elle courait toute nue dans la Baie du Mont Saint-Michel, et que je hurlais son nom du haut des remparts de l'abbaye? Antinéa! Antinéa!.. Tu sais les dernières nouvelles. Le sable a encore gagné sur la mer. Dans cinquante ans, le Mont Saint-Michel sera au milieu des terres.

- Le décor de tes amours au milieu des betteraves.

Ça, c'est d'un goût. Ne serait-ce qu'à cause de ton vocabulaire, tu ne connaîtras jamais l'atroce volupté des grands chagrins d'amour. Mais tout le monde n'a pas la stature d'un tragédien. Contente-toi du bonheur, la consolation des médiocres.

- Tu as raison de me remettre à ma place, Camille. Tu es fait pour les alexandrins et la pourpre, moi pour les shampouineuses et les pinces à vélo. Bas les masques !

 

Écrire un commentaire

Optionnel