Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gros manuel de culture générale à haute valeur ajoutée

Capture d’écran 2018-12-20 à 13.43.48.pngLa première question que l’on se pose en soupesant ce volume de 1 500 pages signé de Luc Ferry est : comment cet homme à l’agenda d’ex-ministre fait-il pour trouver le temps de... Nous pensons aussitôt après : c’est sans doute le livre d’une vie. Il en a écrit des dizaines d’autres, mais celui-là pourrait bien être sa « somme ». C’est que le « Dictionnaire amoureux de la Philosophie » (Plon, 30€) ratisse large : la liste des entrées déborde largement celle des ouvrages comparables, et davantage académiques, plus stricts quant à la définition de la philosophie, y compris, et à l'opposé, l'inclassable Monde de Sophie, de Jostein Gaarder ou bien l'iconoclaste Antimanuel (de philo) de Michel Onfray. La définition de la Philosophie selon Ferry touche non seulement aux principaux courants et concepts classiques – qui figurent tous dans cet imposant ouvrage -, mais également à l’animalité, l’argent, l’audimat, l’automobile, le big data, les bouffons, l’uberisation du monde, Frankenstein, l’héroïsme, l’holisme opposé à l’individualisme, l’islamophobie et l’islamonazisme, au jeunisme, à Lisbonne, Noël, Pâques, au racisme colonial, la robotique, et même au vin (dernière entrée - et pas des moins intéressantes - de ce foisonnant dico). C’est dire si le spectre s’élargit à notre modernité, aux nouveaux regards (portés) sur le monde actuel – lesquels sont pour la plupart une façon de revisiter la pensée à travers une réflexion relativement identique, et cependant corrigée, enrichie. Ce n’est pas la moindre des qualités de ce livre. Qui est par ailleurs bien écrit, ce qui permet une plongée dans chaque entrée des plus aisées. Luc Ferry rend son bouquin encore plus sympathique par des digressions, ici le récit de souvenirs personnels liés au texte, comme à propos d’écologie politique, lorsqu’il publia dans les années 1990 « Le Nouvel ordre écologique », là des anecdotes tirées de son quotidien. Le ton de cette conversation proposée au lecteur démystifie un ouvrage de cet ordre, sans pour autant le rendre simpliste : Chaque entrée recèle une réflexion en profondeur sur une thématique dûment, sérieusement abordée sous divers angles. Ce Dictionnaire amoureux en devient un livre de culture générale à haute valeur ajoutée, ce qui n’est pas négligeable par les temps qui courent, et qui sentent si mauvais l’absence de soif de savoir, le refus de connaître, le déni, le non souci de prendre le temps de la réflexion, fut-ce la plus humble et la plus brève... Pour cela au moins, ce pavé (rêvons qu’il soit jeté lors de manifestations au lieu des vrais, en pierre), mérite toute sa place dans la liste des cadeaux à faire à ceux que l’on aime. L.M.

Commentaires

  • Bonjour,
    Commentaire parfaitement juste : >... pour être partout, tout le temps, et en trouver encore pour écrire. Il est "partout" ou presque, dans la presse, à la télé, sur Radio Classique etc, etc..tout le temps, Luc Ferry est omniprésent, c'est exceptionnel, c'est formidable, c'est tant mieux ! ( Commentaire personnel "très" : Ah ! si la Droite Républicaine pouvait bénéficier de ce don d'ubiquité en la personne de Laurent Wauquiez...)
    Le Dictionnaire Amoureux de Luc Ferry est bien, comme il est dit, "un livre de culture générale à haute valeur ajoutée...".
    Alors, si "la culture est ce qui reste quand on à tout oublié", augmentons là davantage en lisant le pavé, 1.230 grammes, qui devrait être lancé au visage d'une ex-ministre PS de l'Education nationale, qui avait classé Luc Ferry parmi les pseudo intellectuels.
    PS: Ne pas manquer de lire dans VA N°4282 à l'occasion de Noël l'article de Luc Ferry : Noël..." Une fête de l'amour" Ce philosophe, est beaucoup plus chrétien qu'il ne le croit...et ce, comme dit l'autre (moi),à l'insu de son plein gré.

Écrire un commentaire

Optionnel