mardi, 03 juillet 2012

L'homme-livre, l'écriture du désir et les jeux littéraires

images.jpegVoici une biographie, une vraie, signée Bernard Fauconnier, inédite et qui paraît directement en poche (folio) sur l'immense Flaubert. L'auteur avait déjà donné un Cézanne qui fut remarqué. Voici l'homme-livre décrit par le menu de l'oeuvre, chronologiquement, avec force documents, masse d'informations et dans un style captivant. On ne lâche pas ce petit bouquin une minute. Et l'envie de reprendre la Bovary, l'Education, les Trois contes, Salammbô et surtout la Correspondance est forte. Car Fauconnier nous prend par la main et nous fait cheminer à côté de Flaubert. Nous ressentons les atermoiements de Gustave, ses joies et ses peines, ses amitiés, ses déconvenues en amour et jusqu'à ses chaudepisses! Nous voyageons en Orient, nous allons par les champs et par les grèves en Normandie et ailleurs, nous compatissons pour lui lorsqu'il souffre de réécrire La tentation de Saint-Antoine, son obsession, lorsqu'il est couvert de lauriers ou bien de dettes, louangé ou bien laminé par une presse vengeresse ou encore vilipendé sournoisement par les précieux ridicules frères Goncourt. La maison de Croisset nous devient aussi familière que Louise Colet, George Sand, Alfred Le Poittevin et plus tard le jeune Maupassant, Maxime Du Camp, Sainte-Beuve, Tourgueniev. Nous vivons sa prodigieuse boulimie de vie et surtout cette rage d'écrire majuscule, cardinale. Nous entrons dans l'intimité de la table de travail de l'homme-plume, de l'ogre des Lettres; et l'on s'y sent bien.

Signalons, dans la collection folio biographies, un Maupassant, signé Frédéricimages (2).jpeg images.jpeg Martinez, et un bienvenu florilège de l'auteur de Bel-Ami, Contes au fil de l'eau (folio 2€) dans lequel un bonheur intact nous fait retrouver les pages denses de textes courts et forts comme Amour (in Le Horla) , Sur l'eau (extrait de Une partie de campagne), ou encore En mer (dans Les contes de la bécasse).

En folio essais, il faut lire le précieux petit ouvrage de Belinda Cannone, L'écriture du désir, si la chose écrite et les ressorts qui la font naître intéressent un tant soit peu. L'écriture du désastre à partir du désastre est incontestable : le malheur pousse à l'écriture; grosso modo. Mais le bonheur aussi! lance l'auteur, qui se livre à un panégyrique de l'écriture heureuse, de et à partir de la joie, de notre volonté d'étreindre -le monde, la réalité rugueuse ou douce. Le même mouvement qui me pousse vers images (1).jpegune peau m'incite à essayer d'écrire le goût de cette peau, la forme de mon désir, et le plaisir est grand de chercher, de trouver les mots pour décrire la chose minuscule et immense, l'élan de l'être. La narration du désir, y compris érotique, occupe cet essai sensuel dans les grandes largeurs.  Comment édifier le bonheur à partir de notre connaissance du désastre? demande Cannone. Je crois la richesse de la langue miraculeuse, dit-elle. Grâce à elle, le mouvement d'écrire est une étreinte et une célébration. Même lorque les mots disent l'ombre, l'effroi et la souffrance. 

Enfin, je me réjouis d'évoquer brièvement un petit bouquin (folio 2€) promis à un grand succès et à offrir sans modération : Jouons avec les mots est un recueil de jeux littéraires concocté par Julie Pujos et images (3).jpegqui revigore l'esprit, notre mémoire des oeuvres, des dates, des pseudos d'écrivains, des Prix, des lieux, des personnages de romans, des incipit, du subjonctif imparfait... Tester ainsi ses connaissances littéraires est littéralement jouissif. On y joue comme avec un quizz ou avec un psycho-test sur la plage. Et l'on se casse parfois les dents avec un certain délice, si-si! 

 

14:07 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire