Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 mai 2012

Le bec dans l'eau

Papier paru dans Le Nouvel Observateur/CinéTéléObs du 7 avril dernier.

Eau de Champagne

La Champagne humide offre un patchwork de lacs qui constituent autant de sanctuaires pour les oiseaux migrateurs. Le bonheur ornithologique en famille.

téléchargement.jpegIl n’y a pas que du vin en Champagne. Il y a aussi de l’eau. Il n’est qu’à citer le fameux lac du Der-Chantecoq, près de Saint-Dizier, l’un des plus grands lacs artificiels d’Europe avec près de 5000 ha en eau qui constitue un formidable réservoir de stockage des eaux de la Marne. Mais les lacs stars de Champagne, situés grosso modo entre Troyes et Saint-Dizier, occultent quelquefois des lacs et des étangs périphériques situées dans l’Aube, moins connus mais tout aussi riches en particulier d’une avifaune migratrice. Ainsi des lacs de la Forêt d’Orient et ceux du Temple-Auzon et d’Amance appartiennent-ils à ce patrimoine naturel exceptionnel. Cette « Champagne humide » a permis de constituer d’importants réservoirs de stockage de la Seine et de ses affluents, l’Aube et la Marne, afin de permettre aux Parisiens ne jamais manquer d’eau. Et lorsqu’ils manquent d’air, le Lac du Der et le Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient, avec sa maison du parc située à Pinay, les attendent. La chance de ces sites est de se trouver sur l’un des plus importants couloirs migratoires de France et de permettre à de nombreuses espèces d’oiseaux d’eau, à commencer par les grues cendrées  (la star des lacs de Champagne est surtout présente d’octobre à fin mars. Une « Ferme » lui est même dédiée, près du Lac du Der, à St-Rémy en Bouzemont), et à quantités d’anatidés et de limicoles, de stationner en toute tranquillité dans un sanctuaire d’une beauté saisissante à l’aube, en particulier au printemps. Les concerts de grenouilles sont relayés par les cris des poules d’eau et des canards dissimulés dans les herbes, et par les sauts des carpes, sandres et brochets. Le spectacle le plus saisissant est offert par les centaines, voire des milliers de grues cendrées en migration de retour. Avec la zone d’Arjuzanx, dans les Landes, celle du Der et de la Forêt d’Orient sont les plus grands sites d’accueil de ce grand échassier dont le passage fracassant est bruyant (la grue craque, comme la mésange zinzinule). À l’aube et au crépuscule, assister à leur déplacement vers les zones de gagnage dans le bocage est féerique. Parmi les endroits propices à leur observation, dans l’Aube, outre les grands lacs d’Orient, du Temple et Amance, il  y a des étangs tout autour qui réservent bien des surprises, lorsqu’on part en famille, avec bottes, vêtements camouflés et jumelles. Les étangs du Beaudet, de Beaumont, Saint-Nicolas, ou plus loin, ceux des Apargnes, des 15 Deniers, de Beaurepaire, du Prompt, Neuf, de la Verpile, du Parc aux Pourceaux et de Fort en Paille autour de cette belle Forêt d’Orient, riche encore d’autres promenades, à la recherche de cerfs, chevreuils et sangliers. Mais il n’y a pas que les grues et leur silhouette d’estampe japonaise. Autour des lacs du Der et de la Forêt d’Orient, au bord de leurs nombreuses anses, on aperçoit d’autres raretés comme la cigogne noire, le cygne de Bewick, le pygargue à queue blanche, le garrot à œil d’or, l’oie des moissons, le harle piette. Un observatoire spacieux et sur pilotis, à Chantecoq (lac du Der), près du « Gros Chêne » qui symbolise le lieu (Der vient d’un terme celtique signifiant chêne), permet d’observer confortablement. Mais rien en vaut une approche discrète et respectueuse, parmi les roselières des étangs proches du Der : ceux du Voisin, du Moyen, des Cloyes, des Banchets, de Bonnevais, et plus loin, d’Outines, d’Arrigny, des Landres, du Grand Coulon ou de la Forêt, ou bien depuis une digue aménagée à cet effet, afin d’éviter tout dérangement intempestif. La Maison de l’Oiseau et du Poisson et d’autres observatoires permettent avec de la chance, d’observer des hérons rares comme le butor étoilé et le blongios nain.

L.M.

18:59 Publié dans reportage | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire