Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’effraie, c’est la patronne

Capture d’écran 2019-08-08 à 00.25.31.pngElle niche dans l’une des granges et sort tard, la nuit. Mais je veille encore, tire sur un cigare ou pas, contemple les étoiles, écoute les froissements, les chuintements, les cris, le silence ; le temps. Alors, depuis le faîte, elle ouvre ses ailes vers minuit, et se lance, décrit une courbe, tombe bas, rase le sol, évite joliment le mirabellier, puis remonte très vite et me frôle la tête, ou peu s’en faut. Cela fait déjà deux fois. Deux soirs de suite. Signe. Par son vol d’intimidation caractéristique, cette chouette effraie me signifie que je suis moins chez moi qu’elle n’est chez elle. Qu’elle entend bien rester ici, en posant ses conditions. C’est elle la patronne. J’obtempère mais elle ne le sait pas. J’aime. L.M.

Commentaires

  • J'aime beaucoup vos propos de bestiaire, quand l'animal est à sa vraie place - et nous à la nôtre ! - Parler d'une effraie ou de chevreuils à l'heure de la Startup Nation c'est ça être rebelle . Nous n'aurions jamais dû bâtir de grandes villes ... Heureusement la Nature s'en fout et continue vaille que vaille à vivre sa vie .
    Amitiés
    Sylvie

  • Merci Sylvie. Vos mots me touchent, même si je n'éprouve aucun sentiment de rébellion en écrivant cela. Cet été, nimbé de sérénité végétale et animale, j'écris chaque matin plusieurs petits textes analogues à ceux que vous soulignez. Amitiés, Léon

Écrire un commentaire

Optionnel