Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Revoir L'Avventura

L'extrême sensibilité de Michelangelo Antonioni, peintre de la douleur des sentiments. La sauvage beauté de Lea Massari, l'incarnation de la féminité totale en Monica Vitti. Les îles siciliennes arides, l'entêtant bruit de la mer comme celui des trains chez Melville ou celui de la rue chez Godard - qui tiennent lieu de musique. La teneur de Gabriele Ferzetti acteur, l'amour, le dégoût, cet exact noir & blanc, l'épaisseur du silence, la longueur des regards, la langueur des plans rapprochés, l'attente, le lascif, le furtif, l'imprévisible, et Monica Vitti encore et encore. Revoir L'Avventura, en somme, comme on reprend un Morante ou un Pavese pour une relecture heureuse car familière. Puis, revoir La Nuit, l'Éclipse et Le Désert rouge. L.M.

Capture d’écran 2019-07-02 à 23.06.12.png

Capture d’écran 2019-07-02 à 23.48.14.png

Capture d’écran 2019-07-02 à 23.48.57.png

Capture d’écran 2019-07-02 à 23.56.07.png

Écrire un commentaire

Optionnel