Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 février 2008

Ah, les anciens!..

Si tu veux m’en croire, lecteur, ne hâte pas le plaisir de Vénus ; sache le retarder, le faire venir peu à peu, doucement.  Quand tu auras trouvé l’endroit sensible, l’organe féminin de la jouissance, pas de sotte pudeur : caresse-le, tu verras dans ses yueux brillants une tremblante lueur, flaque de soleil à la surface des eaux… Viendront alors les plaintes et un tendre murmure, de doux gémissements –et ces mots excitants qui fouaillent le désir…
Ne va pas, voguant à pleines voiles, la laisser en arrière ! Evite, aussi, qu’elle ne te précède : qu’un même élan pousse vos navires vers le port. Quand, vaincus tous deux en même temps, l‘homme et la femme retombent ensemble, c’est là le comble du plaisir !

Ovide, L’art d’aimer.

Commentaires

Cela lui a valu l'exil... La volonté d'Auguste était plutôt le retour aux bonnes moeurs. La perte des valeurs étant considérée comme cause des multiples guerres civiles qui avaient abouti au bout d'un siècle à la chute de la République. A trop caresser, Ovide s'était fait mordre...

Écrit par : TiBo | jeudi, 21 février 2008

Il faut comme deux bons soldats aller d’un même pas, charger tout ensemble le désir en baïonnette ! Et tomber tout autant sous les coups des caresses amis…

la tombal, l'Art de mourir.

Écrit par : pierrot la tombal | jeudi, 21 février 2008

La verdeur d'Ovide perdure qui nous enseigne, puissante saillie entre les siècles, qu'en amour, une fois n'est pas coutume, le précoce a souvent un entrain de retard...

Écrit par : benoit | vendredi, 22 février 2008

Écrire un commentaire