Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Beaujolais Nouveau est en train d'arriver

IMG_3799.jpeg

Au lieu de répéter à l'envi un mot que je dégaine chaque année lorsque, dès le troisième jeudi de novembre, un restaurateur tente de m'imposer une bouteille de Beaujolais Nouveau sur table : Non, merci, je préfère le vin... (usé jusqu'à la lie selon mes amis), et ne souhaitant heurter aucun des 2 000 domaines de l'aire d'appellation(s), je me contenterai cette saison d'une mise à jour de nos connaissances sur le motif.

Un rappel, tout d'abord : Beaujolais, et Beaujolais-Villages Nouveaux figurent deux des douze AOC (Appellation d'origine contrôlée) du Beaujolais, avec de plus sérieuses, voire d'exceptionnelles : Brouilly, Chénas, Chiroubles, Côte de Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon (notre préférée), Moulin-à-Vent, Régnié, et Saint-Amour (qui voit ses ventes augmenter un peu bêtement, seulement autour du 14 février). 

Le Beaujolais, c'est 13 500 ha plantés dans leur écrasante majorité en cépage gamay noir à jus blanc, qui couvrent 96 communes. Sur les 30 000 ha de gamay plantés à travers le monde, la moitié le sont en Beaujolais. Beaujolais et Beaujolais-Villages Nouveaux couvrent 7 500 ha de vignes à eux seuls. En volume, cela représente en 2020 135 000 hl pour les deux appellations concernées, soit 18 millions de bouteilles. La moitié (plus de 60 000 hl) est exportée vers plus de 100 pays. Le Japon est le plus gourmand, avec 29 000 hl, suivi par les USA (11 200 hl). À l'autre bout de la liste, les Pays-Bas n'en demandent que 900 hl. Autant dire que la fiesta est mondiale et que les bouchons sautent à qui mieux mieux un peu partout dans de nombreux bistrots, à date.

Quelques Beaujolais rosés font leur apparition depuis quelque temps (4% du volume, soit 2 millions de bouteilles quand même, mais nous n'en avons encore jamais goûté). Beaujeu demeure la capitale historique du vignoble. Nous fêtons cette année les 70 ans de la première mise en commercialisation des Beaujolais Nouveaux (15 novembre 1951 : c'est aujourd'hui même !). Et c'est en 1985 que fut promulgué le décret fixant au 3e jeudi de novembre leur mise à la consommation.

En France, dès jeudi prochain, ce sont 75 000 hl de Beaujolais Nouveau qui seront commercialisés, dont 48 000 hl (6 millions de cols) en grande distribution, et plus de 25 000 hl (3 millions de cols) en restauration et chez votre caviste.

Sans attendre la date officielle, et afin de vous proposer un petit choix, nous avons pu en découvrir six, dégustés hier à six (avec force volaille rôtie, pommes de terre grenaille, fromages divers), de qualité inégale mais certaine, car tous étaient de franche tenue.

Petit résumé du millésime : 2021 restera une année compliquée, car faible en quantité en raison d'aléas climatiques de sinistre mémoire. Par bonheur, la seconde moitié du mois d'août et le mois de septembre furent favorables à la préservation de la qualité des raisins. Les vendanges, qui ont démarré à la mi-septembre, ont duré quinze jours intenses, dans des conditions marquées par la fraîcheur, sensation que l'on retrouve avec bonheur dans le verre.

Le Beaujolais Nouveau 2021 est vivace, et d'une expression aromatique appuyée dans l'ensemble. C'est fruité, tendre, gouleyant, friand, gourmand sur toute la ligne de cinq des six flacons dégustés, dont voici le compte-rendu de découverte, verre en main, et crachoir à portée :

IMG_3948.jpeg

Celui de Jean-Paul Brun, baptisé L'Ancien, fut sans conteste le meilleur, le plus sérieux, le plus vineux, le plus chargé d'âme, le plus concentré aussi. Robe cristalline, nez giboyeux, et de cassis, avec un parfum léger de cuir. Ça pinote en bouche, et sa légèreté est contrastée, qui alterne avec une réelle profondeur (9,50€).

IMG_3943.jpeg

Le Beaujo Beau d'Anthony Charvet offre une robe profonde, un nez de cerise mûre, et sa bouche, bien que courte, mâche un peu et laisse une trace de classicisme règlementaire. Notons la singularité de ce vin qui, après une macération de dix jours en qvevri, ou kvevri (jarre ovoïde provenant de Géorgie, le berceau du vin), est pressé en douceur et remis aussitôt en qvevri pendant quelques semaines, le jus profitant ainsi de la micro-oxygénation (8€).

IMG_3940.jpeg

Marie-Claude et Daniel Burnichon proposent un Beaujolais-Villages compétitif à tout point de vue. Oeil violacé avec un joli liseré rouge vif, nez de fruits noirs, bouche de framboise écrasée, avec une finale légèrement réglissée. Une grande fraîcheur générale se dégage de la dégustation, une fois le verre reposé (6,50€).

IMG_3941.jpeg

Perréonissime, du Domaine de la Madone (famille Bererd) présente une robe rubis avec de jolies teintes violines. Le premier nez est un peu carbonique, puis cela s'efface pour laisser s'exprimer la cerise Napoléon. La bouche, ample, rappelle la quetsche croquante du début de l'été. L'ensemble présente une étonnante vinosité, surtout en le goûtant à nouveau (l'envie de vérifier un truc) au bout d'un bon quart d'heure de salutaire aération (8€).

IMG_3945.jpeg

Plaisirs de Pégase, de la famille de Jean-François Pegaz (cela ne s'invente pas) à la robe sombre et profonde, présente un nez à l'attaque relativement vineuse, et des notes de framboise en bouche, et de mûre également. Un ensemble satisfaisant, bien que dénué de longueur, mais nous sommes... à cheval sur les principes (7€).

IMG_3938.jpeg

Enfin, le domaine des Marrans, de Camille et Mathieu Melinand, ne semble pas avoir été filtré, eu égard à l'opacité de sa robe, ni soufré peut-être (?). Rien de gênant, jusque là. Le nez cependant par trop carbonique, le demeure, et la bouche présente une acidité désobligeante. Nous cherchons le raisin, voire le vin; en vain (9,50€). L.M.

---

Beaujolais Nouveau : Pour toute information.

 

Écrire un commentaire

Optionnel