Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nœuds de vie », de Julien Gracq

Des notes inédites du grand écrivain paysagiste

IMG_20210114_185922.jpg

Un cadeau nous vient du ciel qui a été concocté sur terre par Bernhild Boie, laquelle a conduit l’édition des œuvres de Julien Gracq en deux volumes de La Pléiade, et qui veille à présent au fonds de l’auteur figurant au Département de la Bibliothèque Nationale de France. S’y trouvent notamment 29 cahiers intitulés Notules qui ne pourront paraître qu’à partir de 2027, selon le vœu de l'écrivain, disparu le 22 décembre 2007. Voici donc, dans l’attente, et après Manuscrits de guerre en 2011, et Les Terres du couchant en 2013 (évoqués ici), le troisième inédit posthume de l’auteur du Rivage des Syrtes. Ce recueil de notes d’« une écriture qui donne à voir, à sentir et à penser », relève Bernhild Boie dans l’avant-propos, s’apparente aux ouvrages fondamentaux de non-fiction de l’auteur, tels Lettrines, Carnets du grand chemin, En lisant en écrivant. Le sommaire en quatre parties emblématiques l’énonce clairement : Chemins et rues ; Instants ; Lire ; Écrire. Et nous retrouvons avec délice la prose impeccable, le style somptueux du géographe au regard si précis, l’amateur d’auteurs fétiches - ses préférences : Stendhal, Verne, Poe, Proust, Goethe, Breton, mais aussi Tolkien, Pouchkine, Tolstoï, Gide, Valéry, et toujours de nombreux poètes, René Guy Cadou, Rimbaud bien sûr. Nous voilà à savourer ces Nœuds de vie (*), « quelques fils seulement, venus de l’indéterminé et qui y retournent, mais qui pour un moment s’entrecroisent et se serrent l’un l’autre. (...) Une sorte d’enlacement intime et isolé. » D’emblée, nous retrouvons avec une familiarité certaine la parole gracquienne, hiératique, cousue main, rigoureuse et d’une beauté unique, puis les marottes de l’auteur, ses descriptions minutieuses des paysages cachés d’une France buissonnière dont il parcourut si souvent les chemins de traverse à bord d’une 2CV (voire à bicyclette, comme en ce mois de mai 1944 qui le vit pédaler sur des routes désertes, de Caen à Saint-Florent-le-Vieil). En vrac, et en picorant le recueil comme on musarde devant une bibliothèque à la manière de celui qui déguste des tapas, « vallons raides couturés de haies », « pics neigeux, si acidement décapés sur le ciel qu’ils semblent baigner dans une salive d’azur », « bleu métallique et luisant de zinc neuf qu’on voit au ciel des dernières gelées quand les jours allongent », « lacs d’images calmes et composées pris dans le réseau des bois comme des rêves dans le tissu du sommeil »... Gracq est un sensuel olfactif qui aime « l’odeur déjà ligneuse des hautes herbes de juin chauffées par le soleil au long des sentiers de l’après-midi : odeur âcre, odeur poisseuse, poivrée et amère, presque sexuelle, entêtante comme aucune. » Le Gracq que l’amateur de style de haut-vol et de poésie en prose affectionne est là, intact. Ces notes ont d’ailleurs été rédigées entre 1947 et 1992, et auraient pu figurer dans les essais emblématiques cités plus haut. Certaines sont datées, qui évoquent par exemple Francis Ponge de son vivant, ou l’enterrement de Paul Valéry. Cela ne rend pas le moindre fragment de ce livre moins intemporel pour autant. Les souvenirs intimes, comme celui du grand-père vigneron et taciturne touchent, comme visent si juste les remarques du critique rouvrant Proust à n’importe quelle page, et qu’il aime relire au gré, comme on navigue. Il arrive à Julien Gracq de se confier davantage que dans ses précédents ouvrages de notes, évoquant son bonheur dénué de scrupules de rester au chaud dans son lit certains matins, « douillettement pelotonné, fort bien réveillé », faisant allusion à sa façon d’écrire, justifiant son usage appuyé de l’italique, déplorant le recours effréné à l’audiovisuel par une jeunesse, et qui « met hors de jeu la musique de la prose », réfléchissant à la poésie, qui « n’a pas de définition, mais que des symptômes, comme une cause qui se résoudrait entièrement dans ses effets. » Savourant enfin la chance de n’avoir jamais été un écrivain à la mode, « mais de s’être tenu dans une zone de retrait et de pénombre où ne venaient à lui que ceux qui avaient vraiment envie de le rencontrer. » L.M.

----

Capture d’écran 2021-01-14 à 19.02.18.png(*) Éditions Corti, 18€ (notons que le prénom de José Corti a disparu de l’enseigne, et que depuis quelques années déjà, les livres publiés sous la houlette de Bertrand Fillaudeau, co-directeur avec Fabienne Raphoz, mais pas parce que l'oiseau, hélas, sont dûment massicotés et plus non-découpés ; comme tous les autres en somme. Rien de commun, ou presque...). Ci-contre, portrait de l'auteur par Hans Bellmer qui était accroché dans le salon où il recevait ses aficionados...

Écrire un commentaire

Optionnel