Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mm again!

C'est étrange... Saharienne m'adresse celle-ci. Elle trône en poster dans ma chambre depuis pas mal de temps (je l'avais achetée au Musée Maillol, après avoir vu l'expo de Bert Stern, "Marilyn, La Dernière séance". Je me demande même si je ne l'ai pas déjà mise sur ce blog, à ce moment-là. Il faudrait fouiller les archives, dans la colonne de gauche... Merci Saharienne! L

a7472318a0aeb4a8f8747b86c4ce1cc9.jpeg

 

Commentaires

  • parce que comme celle ou elle baisse la tete, si féminine, la j'entrevois une autre forme de la femme dans ce qu'elle peut avoir de magnifique, suggestif sans etre vulgaire

  • Marilyn n'est jamais vulgaire. Justement grâce à cette fragilité qu'elle porte constamment en elle, qui la rend si touchante et qu'elle a au fond de chacun de ses regards. (Et je l'écris au présent).

  • je ne l'ai pas dit vulgaire, je parlais de la vulgarité en général, de cette vulgarité que l'on peut donner aux femmes parfois.
    QUand à MM, fragile, oui indéniablement, torturée certainement et moins gourde qu'elle ny parait comme je l'ai déjà dit...

  • cool down, saharienne. tout va bien se passer.

  • Ovale Marilyn

    Il y a des oves superbes que l’on dessine du bout des yeux, que l’on croque du bout des doigts. Des ovales lovés que l’on souhaiterait garder tout au creux du regroupement de ses bras. Des ellipses opalines qui brûlent les mains, que l’on voudrait croiser, mais que l’on ne transmettrait pas…

    Parfois les ovales se rejoignent...Entre couche de soie et couche de stade, les sentiments sont toujours là!

  • si tu l'avais mise sur le blog déjà cette photo

  • Non, je ne crois pas, je viens de vérifier partiellement. Tu dois confondre avec une autre, de Stern aussi, que j'aurais mis après avoir vu l'expo. au musée Maillol.

Écrire un commentaire

Optionnel