mercredi, 12 mars 2008

Chants russes


Je me trouvais dans la taïga russe pour plusieurs concerts exceptionnels, que devaient donner les coqs de bruyère, dont c’était la saison des amours ; et donc des chants nuptiaux. Ils sont abondants en Russie, aussi bien les grands coqs, ou grands tétras, que les petits, les tétras-lyre.
C’était la fin du mois d’avril. J’occupais une petite cabane en forêt sans eau ni électricité, avec une table pour lit sur laquelle je déroulais un sac de couchage. Un guide venait me chercher à minuit et nous partions pour plus de quatre heures et demie de marche, à la rencontre de la première braise de l’aube. Nous marchions d’abord dans une épaisse forêt de bouleaux, au sol spongieux et même élastique par endroits, comme un matelas ondulant tout autour, une zone tavelée de mares et de trouées en friche. Puis c’était la colline, les bouleaux laissaient place aux sapins et le sol spongieux à un sentier enneigé. La colline devenait montagne. La neige illuminait la nuit noire sous un ciel d’aiguilles au bout des branches. Nous marchions en silence jusqu’à ce que l’on entende, vers quatre heures du matin, le premier grand tétras s’envoler au-dessus de nos têtes. Là nous nous arrêtions instantanément de marcher et presque de respirer. Le faisceau de la lampe de poche dirigé vers ce pas et le suivant était aussitôt éteint. Tout autour, il y a une neige molle, de faibles névés, une terre noire et grasse, une herbe haute que l’on devine jaune, un silence impeccable et un paysage qui évoque l’inconnu majuscule. Un paysage sauvage qui se situe entre les travellings de « La guerre du feu », le film d’Annaud, et ceux des films de Nikita Milkhalkov (« Les yeux noirs », « Soleil trompeur »…)…
Il s’agit alors de suivre le vol du coq qui s’envole et de repérer l’arbre où il se branche à nouveau et d’attendre patiemment qu’il consente à entamer un nouveau chant nuptial. Ou d’en choisir un s’il y en a plusieurs et se diriger vers lui. La danse avec les coqs commence. Une danse dirigée par l’oiseau, qui est à la fois soliste et chef d’orchestre. : le grand coq, lorsqu’il chante amoureusement, entame un couplet : toc-toc-toc, qui ne l’empêche nullement de voir et d’entendre. Le mélomane qui assiste à cet étrange récital doit alors rester parfaitement immobile. Le coq connaît bien son territoire et il est doté d’une vue et d’une ouïe redoutables. Puis, c’est la seconde étape de son chant, qu’il faut guetter : le chant devient un long sifflement précédé d’un ploc qui doit agir comme un signal de départ pour l’homme qui souhaite l’approcher de plus près. (Tout le jeu consiste au fond à approcher l’oiseau le plus près possible et à voir ses yeux à l’œil nu ; sans l’aide de jumelles). C’est à ce moment très précis que le couple guide - photographe (ou simple observateur sans optique) entame sa danse particulière. Ils doivent parfaitement coordonner leurs mouvements et au besoin, se tenir par une manche, afin d’avancer avec une infinie prudence en propageant par la main chaque arrêt et chaque démarrage. Avancer, c’est faire deux pas tout au plus, tandis que le coq exécute cette dernière partie –extrêmement brève- de son chant d’amour, au cours de laquelle  on le dit sourd et aveugle.
Pas de deux !
Aussitôt après la note finale, l’homme doit impérativement s’immobiliser, même s’il a un pied en l’air, une jambe dans l’eau et le chapeau accroché à une branche. Souvent, il prend involontairement la position (plus ou moins) gracieuse d’un danseur étoile des Ballets du Bolchoï, les bras écartés, un pied en arrêt, la tête tendue… D’où la chorégraphie. Puis, le danseur attend que le coq chante à nouveau et le ballet recommence, en trois temps : immobilité, un pas de deux. Immobilité. Et ainsi de suite…
Cette danse avec le coq que l’on a choisi d’approcher jusqu’à lui voir le blanc de l’œil en même temps que la tâche blanche du défaut de son aile ou épaule (ça, c’est le but suprême) est excitante,  car la moindre faute de synchronisation avec le chant et c’est la catastrophe. Rideau ! Le maître s’envole, le spectacle est interrompu. L’approche devra continuer plus loin, plus tard, avec un autre coq…
 
Une nuit sur deux, nous contournions la place de chant des grands tétras parmi les sapins et nous partions à la rencontre des tétras-lyre. Pour cela, il faut marcher moins longtemps en forêt –environ deux heures -, et sortir en plaine jusqu’à un abri sommaire fait de branchages bas ; installé en plein milieu d’un champ. Arrivés là (il n’était pas trois heures du matin) nous nous installions pour dormir un peu,  recroquevillés dans ce mètre carré pourvu de suffisamment de paille pour nous chauffer ; en attendant la première pointe d’avant - aube. Il s’agit –pour les grands comme pour les petits tétras, d’arriver sur les places de chant longtemps à l’avance et le plus discrètement possible. Afin de se fondre dans le paysage, dans le premier cas, et pour faire corps avec la nature dans le second. Ceci afin de ne pas effrayer ni perturber les oiseaux à une période sensible  et sublimée de leur vie.
Tout bruit, toute apparence qui trahit notre présence, compromet d’un seul coup la chance d’entendre les oiseaux parader : ils s’enfuient, dérangés et plus furieux que morts de trouille. Dans le meilleur des cas, ils se taisent, restent cachés, attendent ; s’abstiennent…
Le signal de l’aube était donné par le premier chant du premier tétras - lyre. Les coqs de bouleau (une autre façon de les désigner) sortent des bois en quelques coups d’ailes, rasent la plaine en planant, puis se posent sur leur place de chant, et chantent pour défier les mâles et séduire une poule qui fait toujours celle qui n’entend jamais rien, mais qui voit tout et qui fait tranquillement son choix tout en picorant quelques larves dans les chaumes…
Le premier coq chante bien avant l’aube, en pleine nuit, puis un autre renchérit, d’autres surenchérissent et tout à coup nous nous trouvons au cœur d’un salon de musique  en plein air, dissimulés au centre d’un chœur de solistes qui se toisent et se répondent, se défient et se menacent tout en tentant de charmer les femelles. Nous sommes à l’écoute d’un concert amoureux, nous ne voyons que rarement, à travers les branchages et à la jumelle, la tête noire avec la caroncule rouge vif du coq, dépasser d’un long peigne de tiges de céréales. Nous entendons surtout. Nous écoutons car ce qui compte, ici, c’est le son, c’est la stéréophonie entêtante des coqs qui se répondent et qui insistent à mesure que l’aube approche. Il s’agit d’un roulement davantage que d’un roucoulement. Un chant qui devient perpétuel, intense juste avant l’aube, et qui cessera d’un coup lorsque le jour sera complètement levé, étalé ; blanc. Les coqs chantent à tue-tête et l’acoustique –il n’y a pas d’autre mot possible- est parfaite. Jamais je n’ai autant joui de la stéréophonie. Jamais aucun son, aucune musique –sauf le brame d’un certain cerf bulgare et la Callas sur certains passages précis de Verdi -, n’ont autant réjoui mes oreilles, que les chants de ces tétras – lyre au cours de ces trois aubes russes.
A la fin de l’aube, lorsque le jour s’est imposé, que le soleil commence à monter, jaune orangé, dans le ciel et que d’autres sons, des bruits quotidiens apparaissent, les coqs se taisent donc. Certains parviennent à s’accoupler, vite, avec les plus consentantes des poules. Les autres regagnent la forêt avant eux en quelques coups d’aile et en vol plané et rasant. Comme à l’aller. C’est la fin du concert. Nous sortons de notre cabane, hérissés de paille, avec nos courbatures et l’enregistrement parfait dans nos mémoires, de cette singulière musique amoureuse. L.M.


Commentaires

On se souvient

Vos bonheurs de l'aube ! exquis !

L'heure du brâme, la forêt toujours, la montagne un peu.
La cabanne, pas tout à fait celle de votre ami solitaire, au bord du reveil des canards.
La compagnie d'un autre, silencieuse relation intime.

La danse collée au chant des coqs, je ne l'avais jamais approchée.

Merci

PS : photo ++ comparée à la précédente (avis féminin de "poule qui voit tout" (c'est à vous ce petit bout de phrase !)

Écrit par : Aude | jeudi, 13 mars 2008

Marrant ça, on vient à peine de se rentrer de quelque périple transilien au long cours, " l'usage du monde" de Nicolas Bouvier en bandoulière et voici qu'après un détour buissonnier par ce blog tout pareil, le Mazz, par la seule magie itinéraire inhérente au travel writing, se retrouve dans sa petite tétra logique perso au cul des coqs lyriques où qu'ainsi donc la bruyère retrouve ses caractères d'origine. Encore quelque truc à ne pas croire issu tout à trac de son immense sac de pigiste voyageur...Le Mazz et sa petite muzak sont -y pas mazzique....

Écrit par : benoit | vendredi, 14 mars 2008

Donc, chère Aude, ces "chants russes" vous ont fait penser à mes "Bonheurs de l'aube". C'est étrange, car, à l'origine, ils devaient figurer dans le livre...
La photo ++, cela veut dire que vous préférez celle-ci à la précédente, donc.
Y'a des soirs, je ne suis pas tout à fait certain de comprendre les choses.
Merci , cher Nougarovale du calembour (cela vous plait-il que je vous surnomme ainsi, Benoît?), de ce compliment. Et lire "L'usage du monde", bréviaire de l'itinérance, du nomadisme créatif, est une belle leçon de vitalité.
Et vive le XV de France, té!

Écrit par : Léon | vendredi, 14 mars 2008

Mais oui, Nougaro que j'ai pu, grâce à une amie, approché timidement dans les derniers jours de sa vie, me confiait son goût pour la "fuite dans les idées", pour moi le seul échappatoire tangible dans nos tangerine dream persos...sinon tout à fait d'accord avec vous, au milieu de tout ce gala de vaches, Bouvier s'impose de soi.

je ne verrais pas le match de ce soir , because lecture d'un de mes textes devant le comité de lecture d'une revue...mouais je sais mais bon

Écrit par : benoit | samedi, 15 mars 2008

WAW!! Dites-nous vite ce qu'il en est! Quelle revue est-ce? Pour enpêcher le Jeantet de voir le match, il faut qu'elle soit maoussecostaude!

Écrit par : Léon | dimanche, 16 mars 2008

oh non, le Jeantet n'est que le Jeantet, alors il s'agit de la revue Saint-Ambroise, dont la fréquentation fait déjà mon bonheur. Une revue à l'éclectisme de bon aloi, où l'on peut deviser de Calaferte, de Bouvier, de Fromentin mais aussi d'un tas d'auteurs...ahem...mettons plus modernes...elle organise des lectures privées, une très belle initiative, où les auteurs de tout poil s'écoutent à tour de rôle avant d'éventuellement lier connaissance. Le tout selon les affinités électives du moment et l'esprit du vin. Les uns lisent des extraits issus d'un carnet de voyage au Bengale. D'autres des nouvelles. Ou encore de la poésie . Passée l'angoisse de la lecture live ( une épreuve quand on n'est pas trop habitué à l'exercice) , c'est surtout l'occasion de confronter ses textes à un gueuloir géant. et surtout de guetter les images qui sortent ou pas du son. Hier un vingtaine d'auteurs pour quatre heures de lectures. De bonheurs intenses. Ensuite le comité de lecture de la revue se réunit pour rebondir à froid, ce qui n'est plus de notre ressort, relisant, débattant afin de choisir les heureux lauréats appelés à figurer dans le prochain numéro de la revue. Mais là c'est une toute autre histoire. Entretemps, on a pu échanger des contacts, des rires, des passions, des avis. Surtout on trinque, on mange, la lecture et l'écoute ça donnent faim, et bien souvent les discussions se poursuivent jusque dans les rames de métro. Samedi, ainsi discutait-on de Bouvier et Fromentin avec un auteur de théâtre et de dramatiques sur France culture, alors que rien à la base ne semblait devoir nous réunir. Tellement on semblait assez peu friand de nos textes respectifs ( enfin surtout lui) Mais c'est ça au fond qui importe. cesser un temps de se mettre en scène. être dans ce vrai et profond partage littéraire, cette ivresse livresque ( et pas seulement, les rames et leurs poussières donnent soif, hé c'est connu alors la discussion a trouvé le moyen de se donner des ailes ailleurs..) longtemps qu'on sait que le reste ne nous appartient pas...

Écrit par : benoit | dimanche, 16 mars 2008

Bravo... Cela a l'air passionnant et enrichissant. L'ivresse de telles soirées, de se perdre dans les échanges littéraires... On adore. J'espère que vous figurerez en bonne place dans cette revue!

Écrit par : Léon | lundi, 17 mars 2008

si jamais cela devait arriver...si et seulement si, je vous enverrais tout ça...

Écrit par : benoit | lundi, 17 mars 2008

oui, petite précision,toujours au sujet de cette soirée littéraire, tout simplement pour vous demander si vous connaissiez cet étonnant voyageur avec qui j'ai pris grand plaisir à évoquer Bouvier, Fromentin, Monfreid et Teilhard de Chardin, étonnant voyageur dont alors j'ignorais tout ( j'ai depuis fait un détour par ma librairie) qui a pour nom Patrick Boman. A son actif d'oiseux migrateur, tout un tas de bons romans policiers ( la série Peabody chez Picquier) de récits de voyages, et puis paru il y a un an, le dictionnaire de la pluie au seuil. En ce moment, je découvre son "Trébizonde en hiver" au Serpent à plume. Suerte.

Écrit par : benoit | mercredi, 19 mars 2008

De nom seulement. Je dois avoir un petit livre de lui publié au Serpent à Plumes (un service de presse négligé : mea culpa) je vais remettre la main dessus. J'ignorais même qu'il était rangé parmi les travel-writers et autres étonnants voyageurs. ¡Suerte si!

Écrit par : Léon | jeudi, 20 mars 2008

Écrire un commentaire